News

Oui à une aire de transit réglementée pour les gens du voyage

« Cré­dit pour l’aire de tran­sit de Wile­rol­ti­gen », vota­tion popu­laire dans le can­ton de Berne le 9 février 2020: Une large alli­ance poli­ti­que et sociale défend l’aire de tran­sit de Wile­rol­ti­gen. Une aire offi­ci­elle per­met de désamorcer le pro­blème des occupa­ti­ons illé­ga­les de ter­rains et repré­sente une plus-value tant pour les com­mu­nes que pour les gens du voyage.

L’aire de tran­sit de Wire­lol­ti­gen est lar­ge­ment sou­te­nue. Les per­son­nes défen­dant cette initia­tive sont de pres­que tous les grands par­tis poli­ti­ques, le Grand Con­seil lui-même a approuvé le pro­jet par 113 voix contre 32. Grâce à des expé­ri­en­ces fai­tes dans dif­fé­ren­tes situa­ti­ons indé­pen­dan­tes, de nom­breux mai­res et con­seil­lers muni­ci­paux sont en faveur de cette aire. Des repré­sen­tants des égli­ses natio­na­les se sont mon­trés posi­tifs et les milieux de la cul­ture sou­ti­en­nent le pro­jet. Le can­ton de Berne est léga­le­ment tenu de con­struire des aires d’accueil, rai­son pour laquelle des juris­tes sou­ti­en­nent éga­le­ment l’attribution du cré­dit.

Argu­ments en faveur de l’aire de tran­sit

Le site choisi est idéal. Avant de por­ter son choix sur Wire­lol­ti­gen, le can­ton de Berne a éva­lué plu­sieurs cen­tai­nes de sites poten­tiels. Il s’agira d’agrandir une aire de repos d’autoroute déjà exis­tante, uni­que­ment acces­si­ble par l’autoroute, à environ un kilomètre du centre du vil­lage de Wire­lol­ti­gen.
Une aire de tran­sit per­met d’établir des règles clai­res et de pas­ser des accords à carac­tère obli­ga­toire. Un règle­ment défi­nit les règles de vie valab­les sur l’aire et avec les voisins, la durée du séjour ou encore l’élimination des déchets. Point pri­mor­dial : le can­ton prend en charge la ges­tion de l’aire, ce qui sim­pli­fie la tâche de la com­mune. « Tout le monde est gag­nant », se réjouit Simon Röth­lis­ber­ger, secré­taire géné­ral de la fon­da­tion Assu­rer l’avenir des gens du voyage suis­ses. Une aire offi­ci­elle per­met d’éviter de nom­breu­ses occupa­ti­ons illé­ga­les de ter­rain. Il est ainsi pos­si­ble de rédu­ire la charge import­ante que repré­sen­tent les con­trô­les et éva­cua­ti­ons de la part de la police. Les gens du voyage étran­gers sau­ront que cette aire est à leur dis­po­si­tion dans le can­ton et sau­ront donc où séjour­ner. Par ail­leurs, l’utilisation de de l’aire n’est pas gra­tuite : les gens du voyage doiv­ent s’acquitter d’un mon­t­ant pour le séjour, de même que pour la con­som­ma­tion d’eau, d’électricité et la collecte des déchets. « Les gens du voyage se sont déjà sou­vent arrêtés dans notre com­mune, expli­que Marc Meichtry, maire de la com­mune de Brügg. A chaque fois, c’était toute une affaire. Il est temps de trou­ver une solu­tion. L’aire de tran­sit de Wile­rol­ti­gen est jus­te­ment une telle solu­tion. »

Vous trou­ve­rez les inter­ven­ti­ons du point de presse du 14 jan­vier 2020 sous


Comité de sou­tien « Oui à une aire de tran­sit pour les gens du voyage » – plus d’informations pour les jour­na­lis­tes : Simon Röth­lis­ber­ger, secré­taire géné­ral de la fon­da­tion Assu­rer l’avenir des gens du voyage suis­ses, tél. 031 552 13 10 ; simon.roethlisberger@stiftung-fahrende.ch

Plus d’informations à pro­pos de la large alli­ance poli­ti­que et sociale qui défend l’aire de tran­sit de Wile­rol­ti­gen


Le comité de sou­tien (sélec­tion)
San­dra Hess, Stadt­prä­si­den­tin Nidau und Gross­rä­tin FDP; The­res Lau­ten­schla­ger, Gemein­de­prä­si­den­tin Stu­den; Luc Men­tha, Gross­rat SP; Christa Mark­wal­der, Natio­nal­rä­tin FDP; Tho­mas Brön­ni­mann, Gross­rat GLP; Daniel Arn, Gross­rat FDP, Unter­neh­mer; Giu­sep Nay, alt Bundesrichter/-gerichtspräsident; Jonas Weber, Pro­fes­sor Uni­ver­si­tät Bern; Vania Kohli, Gross­rä­tin BDP; Sil­via Steidle, Gemein­de­rä­tin Biel, FDP; Jürg Hal­ter, Schrift­stel­ler; Chris­tine Badert­scher, Natio­nal­rä­tin Grüne, Mit­glied Vor­stand Ber­ner Bau­ern­ver­band; San­dra Künzi, Auto­rin; Anna-Katharina Zen­ger, Gemein­de­rä­tin Ueten­dorf; Daniel Huber, Prä­si­dent Rad­ge­nos­sen­schaft der Land­strasse; Fino Win­ter, Prä­si­dent Sinti Schweiz; Ste­fan Hei­ni­chen, Ver­tre­ter Roma in der Eidg. Kom­mis­sion gegen Ras­sis­mus; Béa­trice Wertli, Prä­si­den­tin CVP Kan­ton Bern; Alec von Graf­fen­ried, Stadt­prä­si­dent Bern; Rolf Wälti, Gemein­de­prä­si­dent Büren an der Aare; Anita Lugin­bühl, Gross­rä­tin BDP, Hans Schär, Gross­rat FDP Schön­ried, Unter­neh­mer; Mar­tin Leu­en­ber­ger, Pfar­rer, Prä­si­dent Evangelisch-Reformierter Pfarr­ver­ein Bern-Jura-Solothurn; Nata­lie Imbo­den, Gross­rä­tin Grüne; Nadine Mass­hardt, Natio­nal­rä­tin SP; Peter Krä­hen­bühl, Alt-Gemeindepräsident Rüschegg; Bänz Mül­ler, Gemein­de­prä­si­dent Woh­len; Marc Meichtry, Gemein­de­prä­si­dent Brügg, Vir­gi­nie Heyer, Maire de Per­re­fitte, dépu­tée PLR

Les noms des autres mem­bres du comité de sou­tien et leurs décla­ra­ti­ons ainsi que l’ argu­men­taire détaillé sont dis­po­ni­bles sur le site www.transitplatz-ja.ch/francais/.
Dans de cour­tes vidéos, les mem­bres du comité de sou­tien don­nent des argu­ments en faveur de l'aire de tran­sit www.transitplatz-ja.ch/videos/.

  • Par­tis qui appel­lent à voter oui (état actuel) : PLR Les libéraux-radicaux, can­ton de Berne ; Les Verts, can­ton de Berne ; PS Parti socia­liste, can­ton de Berne ; Jeu­nes libéraux-radicaux, can­ton de Berne ; Alter­na­tive Linke Bern ; PVL Verts libé­raux, can­ton de Berne ; PEV Parti Evangé­li­que, can­ton de Berne ; Jeu­nes Vert’libéraux, can­ton de Berne ; PDC Parti démocrate-chrétien, can­ton de Berne
  • Les Egli­ses réfor­mées Berne-Jura-Soleure sont en faveur d’un trai­te­ment bien­veil­lant des mino­ri­tés. L’Eglise catholique-chrétienne du can­ton de Berne et le repré­sen­tant de l’Evêché de Bâle/Eglise catho­li­que sont en faveur du pro­jet.
  • Han­nes Ger­mann, pré­si­dent de l’Association des Com­mu­nes Suis­ses, s’est exprimé en faveur de la créa­tion d’aires d’accueil au niveau natio­nal dans le cadre d’une décla­ra­tion de prin­cipe.